Inclusive, écriture tu seras!

Il existe de nombreux.ses sensibles :

  • écrivaines et écrivains
  • musiciennes et musiciens
  • fleuristes
  • amoureux.ses
  • hommes et femmes de ménage …..

Ne cachons plus le féminin ! Renversons les conservatismes !

L’Académie française tremblerait, nous dit-on  – c’est vrai que huit femmes en 400 ans, ce n’est pas la gloire en matière de parité ! – devant l’écriture inclusive.

Dépassionnons le débat. Il s’agit simplement d’inclure les deux genres (masculin et féminin) dans la langue française pour la rendre plus égalitaire.

Comment fait-on ? :

C’est tout simple : il suffit la plupart du temps d’inclure un petit point (point médian) et une terminaison. Par exemple : les instituteur.rice.s, les infirmier.ère.s.

Ou encore :

En langage dit « épicène », on peut aussi écrire en utilisant la double flexion. C’est bien aussi mais un peu plus long. Par exemple Les Françaises et les Français, les physiciennes et les physiciens. Eh oui, rappelons-nous que Marie Curie était une femme.

marie curie

Il existe aussi des mots épicènes qui ne varient pas et s’appliquent indifféremment  à un homme  ou à une femme. Par exemple : ostéopathe, secrétaire…

Sinon :

Les inégalités persisteront et on utilisera, l’expression Madame le Président. C’est une formule genrée et sexiste qui sous entend que le statut présidentiel  est réservé aux hommes.

Tim Le Besson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s